Le châssis Malice

Voici la présentation d’un type de machine: le châssis Malice.

Ce type de « montage » particulier pour machine « TOP » est généraliste et correspond à plusieurs marques:
– Wirlpool,Indésit,Brandt,Vedette,Thomson, Bosch, Siemens, Fagor, Aspes, Proline … liste non exhaustive!

Défaut de ce montage:  la pompe de vidange n’est généralement pas accessible sur le bas de la face avant, elle est fixé sur la coque, il faut donc démonter pour la nettoyer!

Donc toutes les marques équipées de ce châssis ont des appareils conçus à l’identique, seuls changent les modes de programmations, des capacités plus ou moins puissantes selon les modèles avec les prix en conséquence.

Voyons donc un peu de quoi il s’agit.

 

Sur certains modèles existe un tuyau de purge amovible avec bouchon en bas de face avant sous le cache.

DSC_0266

 

Les faces de part et d’autre viennent se clipper devant et se plaquent à recouvrement sur la face arrière. Vous avez en général trois vis têtes hexagonales et deux vis têtes plates en étoiles à l’arrière.

DSC_0258

DSC_0256

 

 

 

 

 

 

Ceci démonté, vous avez accès à l’ensemble des éléments!

 

Concernant, le bandeau supérieur, il est souvent clippé en arrière avec une vis de maintien à ôter avant de déclipper.DSC_0248

 

Voyons un peu l’organisation des éléments:DSC_0271

1)  pompe de vidange fixée sur coque.

2) On distingue l’électro-vanne et le tuyau qui monte l’eau sur le côté vertical pour alimenter le bac à lessive.

3) Le moteur fixé sur son berceau.

4) La courroie.

5) la poulie métallique.

6) le tuyau de dépression d’air relié de la coque au pressostat (fixé sous le bandeau programmation)

 

La traverse est fixée sur la largeur de la coque et centre le roulement/palier dans l’axe de la cuve.

Ci-dessous l’autre côté de la coque avec le visuel complet et les points de fixations:

DSC_0247

Les flèches rouges: vis de fixation de la traverse.

Les flèches vertes: les deux stabilisateurs  de la coque.

La flèche jaune: thermoplongeur (ou résistance de chauffage).

– La flèche bleue: palier/roulement dans son logement de la traverse avec l’axe de la cuve retenu par un vis de blocage.

 

Le moteur avec des supports caoutchoucs est maintenu par deux arceaux bloquant ces caoutchoucs  en force sur le support métal fixé au châssis.

DSC_0252

——————————————————–

Voyons les éléments  du haut maintenant….

Sous le bandeau, on voit le pressostat et le bras orienté par le programmateur!

DSC_0251

– La carte puissance visible, fixée sous le bandeau. Les flèches montrent les relais (rotation – alternance…) ainsi que le cercle rouge montrant les condensateurs. Ceux-ci sont source fréquente de panne en fusant.

DSC_0253

Le soufflet de cuve est maintenu par des vis inox sous le rabat en périphérie.

– Bientôt d’autres photos avec commentaires…

Lave-linge frontal FAR F9400 n’essore plus

Voici un lave-linge qui débute correctement ces programmes et se met en défaut car il n’essore plus!

Nous allons donc regarder cela de plus près.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

1. Par où commencer…

J’ai le choix des actions à mener mais l’arrière de la machine n’étant pas accessible, je commence par le plus simple et rapide. Je décide donc d’ôter le plateau supérieur (ôter les vis à l’arrière et faire coulisser celui-ci en arrière pour l’enlever).

Visuel sans le plateau:


En regardant de plus près côté fronton, je remarque des connexions en mauvais état:

2. Déposer le fronton pour accéder au programmateur

Enlever les vis supérieurs:

Puis ôter le bac à lessive et la vis (rouillée) cachée derrière:

Tirer le fronton vers soi par le dessus afin de déclipper les guides du dessous (flèches jaunes):

Nous voyons maintenant l’anomalie de plus près:

On va décoller cela gentiment et doucement à la pince:

Et ôter le plastique resté collé:

Voilà, les fiches sont correctes, pas de dégâts visibles sur la platine!

3. Libérer le bloc programmation

Nous allons sortir le « bloc » programmation du fronton:

Pour cela, tirer en douceur les clips maintenant le bloc:

Le voici sorti avec le visuel des clips:

Prendre une petite photo pour repérer l’ordre des connexions puis enlever les fiches…

Procéder de même, en poussant sur les clips maintenant la carte électronique (carte puissance) et pousser la carte avec la main petit à petit hors des clips:

La carte est accessible avec le visuel de la connexion en défaut:

La carte semble correcte, je ne rentrerai pas dans le détail des composants (ce sera l’objet d’un autre article), je ne m’y attarderai pas plus!
Nous reviendrons plus tard sur ces connexions défectueuses… celles-ci ayant « chauffées », il nous faut vérifier pourquoi car ce n’est pas sans raison!

En suivant les couleurs des fils des connexions brûlées, cela nous mène vers le moteur, nous allons donc le déposer pour voir son état de plus près.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

4. Accès au moteur

N’ayant pas d’accès à l’arrière, il faut donc coucher la machine sur l’avant (sur un carton par exemple, pour ne rien abîmer).

Ceci fait, nous voyons le moteur avec ces points de fixation:

La visserie en « gros plan », tête conique avec 6 pans (clé torx):

Nous voyons les connectiques mâles et femelles du moteur (blanche fixée sur le moteur et noire le faisceau clippé dedans), ôter les quatre vis:

Je n’ai pas parlé de la courroie, il faut bien sur l’enlever, pas besoin de détails pour cela, rien de compliqué!

Les vis ôtées, déconnecter le faisceau ainsi que la connexion de masse (ou terre), fil jaune et vert pris en direct sur le carter alu du moteur.
Puis faire levier doucement mais fermement sous les emboîtements aux quatre points pour faire glisser le moteur hors des supports de la coque.
Soyez patient, parfois c’est assez dur, il faut procéder point par point petit à petit:

Bien, le moteur est enlevé.

– Dépannage complémentaire, le tachymètre, vous comprendrez plus loin pourquoi.

Avant de déposer les charbons, on vérifie le bon état des fiches de connexions du moteur, nous voyons ci-dessous les deux éléments propres (ni noircis, ni brûlés), c’est donc OK de ce côté:




5. Dépose des charbons moteur

Nous voyons l’un des deux « charbons moteurs » entouré en jaunes, nous allons maintenant les contrôler.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Pourquoi me direz-vous… hé bien, le « charbon » normalement poussé par un ressort vient plaquer sur l’induit (élément en rotation au centre du moteur).
Mais arrivé en fin de vie, raccourci par l’usure dû au frottement et malgré le ressort, ce charbon ne plaque plus suffisamment sur l’induit, cela créé des faux-contacts et l’électricité ne « passe plus » correctement du charbon à l’induit!
Cela engendre des micros-arcs (étincelles) et peut provoquer la surchauffe des fils d’alimentations, donc générer ce que l’on a trouvé sur la platine.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Nous allons maintenant déposer les charbons pour contrôler leur état:

Ôter la vis de maintien et la cosse d’alimentation.

Ceci fait, nous remarquons de suite que le charbon est complètement usé et par conséquent ne fait plus correctement contact sur l’induit:

A gauche, l’élément HS, à droite, deux charbons identiques usés à environ 40%:

——————————

NOTA: il existe plusieurs modèles de « corps » de charbons, les formes diffèrent mais le principe de positionnement reste identique!

——————————

Nous allons utiliser ceux-ci pour remplacer ces charbons HS.

Voyez les flèches jaunes indiquant les « picots » de centrage (de chaque côté du corps du charbon) sur le bloc moteur et en rouge l’angle d’usure du charbon:

Il faut respecter l’angle de frottement du charbon en positionnant celui-ci en contact sur l’induit puis pousser pour venir insérer les picots sur la partie prévue du bloc moteur:

Vous maintenez le charbon en place et remettez de suite la vis pour le bloquer dans cet emplacement, puis vous refixez la cosse:

Faites ainsi pour les deux charbons.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

6. Repose du moteur

Ayant subit une action d’écartement provoquée par les vis coniques, il faut si possible resserrer (toujours en douceur pour ne rien casser) les supports d’emboîtement avant de reposer le moteur, cela va aider:

Le voici en place bien emboîté sur les supports:

Vous remarquerez la courroie présente mais pas encore en place, nous allons voir pourquoi plus loin…

Puis remettre en place les connexions:

La cosse de masse (ou terre, fil jaune et vert) dans la fiche sur le bloc moteur à NE PAS OUBLIER (sécurité), puis le faisceau (bloc noir) dans la connectique blanche du moteur.

Nous pouvons remettre la visserie:

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

7. La courroie

Il est bon de la contrôler avant de la reposer pendant qu’on l’a sous la main… et c’est bien d’y avoir pensé car elle est HS!!!

Pour le vérifier il suffit de la pincer fortement pour vérifier sa souplesse, le résultat est sans équivoque, elle craquelle:


Pas de pitié… à la poubelle.

=> Pour trouver sa remplaçante, il faut regarder les indications inscrites dessus:

Ces indications nous donnent:

  • Marque: HUTCHINSON (plusieurs marques possibles pour le même modèle).
  • La référence utile: 5PJE 1234

– 5 indique le nombre de dents (voir la photo précédente).
– PJE donne certaines indications comme l’élasticité, l’écart entre chaque dent…
– 1234 indique la longueur (ou le diamètre) de la courroie.

C’est donc cette référence qu’il faut utiliser pour le remplacement!

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Nous pouvons remonter avec une courroie neuve.

Toujours par dessous, ce n’est pas aisé mais en prenant son temps, on y arrive!

Voici un schéma sur notre appareil puis un autre exemple sur une machine avec l’accès par l’arrière:

1. Flèche rouge: courroie sur l’axe du moteur
2. flèches jaunes: courroie posée en tension sur la droite de la poulie du tambour
3. flèche verte: on maintien la courroie en appui sur la poulie
4. flèche rose: on fait tourner la poulie pour que la courroie vienne se positionner en tension sur l’ensemble de la poulie tambour.

=> Photo plus « parlante » vue face arrière d’une autre machine:

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

8. Reprendre le faisceau abîmé

Ce « gros boulot » étant réalisé, nous pouvons remettre la machine sur pied et s’occuper des connexions brûlées…

Ne pas hésiter à couper les fils au-dessus des cosses HS:

Ayant un bout de fil de section identique au faisceau abîmé avec des cosses à chaque extrémité, je le coupe en deux parties égales:

Je dénude les fils, assez long pour pouvoir les torsader:

Je vais utiliser de la gaine thermorétractable que l’on trouve dans les magasins de bricolage:

Je met donc une gaine marron sur le fil marron et une gaine bleue sur le fil blanc (n’ayant pas de gaine blanche).
Les couleurs d’origine restent visibles pour un démontage ultérieur où l’on verra les couleurs en amont des connexions sur la platine.

Je glisse les morceaux de gaines sur les fils côté machine:

Je torsade et assemble les fils (l’idéal serait un point de soudure à l’étain):

NOTA: les fils électriques ne sont pas vernis (comme sur les moteurs par exemple), donc inutile de brûler les extrémités!

Je fais glisser les gaines de manière à recouvrir les fils torsadés et assemblés:

Il ne reste plus qu’à chauffer les gaines au sèche-cheveux  et voilà le tour est joué:

Nous voici avec une connectique en bon état avec peu plus long de fil pour la connexion, ce n’est pas négligeable!

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

9. Remonter le fronton

Nous pouvons à présent remonter la façade avant en procédant à l’inverse du point N°2.

  • Remettez la carte sur le premier support.
  • Utilisez la photo prise pour repositionner les fiches sur les bonnes connexions.
  • Remboîtez le tout sur la façade en respectant l’emplacement et l’orientation des deux boutons (essorage et programmes) puis bien aligner en face des clips et plaquez correctement l’ensemble.
  • Remettez en place le fronton en le plaquant à la base dans les emplacements prévus (vu sur la quatrième photo du point N°2) et visser en partie haute, ne pas oublier le vis vers le bac à lessive.
  • Remettre le bac ainsi que le plateau avec les vis arrière.

Voilà notre machine prête au service!

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Dans la plupart des cas, ce dépannage aurait dû s’arrêter là mais malheureusement l’essorage n’est toujours pas fonctionnel!!!

Il reste un élément que je n’est pas vérifié car il tombe rarement en défaut… mais pour éliminer le doute je dois m’en assurer.

– Il s’agit du tachymètre, cette pièce est fixée à l’avant des charbons en extrémité du moteur.

Ce n’est pas très agréable car il faut reprendre à zéro la dépose du moteur pour travailler dessus.

Le but de ce tuto est de vous éviter ce genre de désagrément mais là, cela peut vous arriver également.
Ce n’est qu’en essayant que l’on se rend compte… j’avoue avoir râlé de tout recommencer car ce n’est pas pratique sur cette machine!

– Allez, à cœur vaillant, rien d’impossible, on repart du point N° 4

10. Le tachymètre

Mais qu’est-ce que c’est que cette bête là…

De nouveau, sans entrer dans des termes techniques, le tachymètre est un anneau magnétique qui calcule le nombre de tour effectués par le « bout » du rotor qui tourne à l’intérieur.

Cela envoie des « impulsions » au programmateur qui gère les rotations du tambour selon l’avancée des programmes et la vitesse d’essorage.

-Dans des cas assez rares heureusement (mais malheureusement pour moi), il arrive que cet anneau magnétique (un aimant pour rester simple) se fende.
C’est invisible puisqu’il est « moulé » dans une enveloppe et protégé par deux éléments métalliques qui le maintiennent en position.

On peut le tester au multimètre je crois mais je n’ai pas encore cette pratique « en main ». Je vais donc le changer et l’on verra le résultat!

————————————-

Reprenons la photo du moteur ou j’avais déposé un charbon:

-Nous voyons bien en bout cet élément cylindrique avec les deux fils de contact jaunes.
C’est cela que nous allons maintenant démonter.

————————————-

Faire « sauter » la bague de maintien métallique clippée tout à fait en bout. Ceci suffit souvent pour retirer tout simplement l’anneau qui vient relativement librement.

Sinon, déloger l’anneau en tirant un peu sur les fils jaunes à la main (flèche verte) tout en insérant un tournevis fin et plat à l’opposé (flèche jaune) pour faire coulisser l’anneau vers l’extérieur, vous voyez le clip métal entouré en rouge.

Parfois comme ici, il est en partie collé sur le corps aluminium, mais toujours avec patience, en faisant levier, il finit par venir.

Il faut maintenant sortir les deux fils jaunes de la fiche de connexion.

De nouveau, avec un tournevis assez fin, insérer-le entre le côté plat de la cosse et le corps plastique en forçant et vous allez « aplatir » une broche invisible qui la tient en place.

Là encore, il faut un peu de doigté car cette broche est bien cachée et il faut « tâtonner » sans la voir pour réussir.
Essayez de tirer sur le fil jaune d’une main pendant que vous tentez de débloquer avec le tournevis, vous saurez que c’est bon quand le fil viendra!

-Voici notre tachymètre libéré, ce n’est pas du luxe car cette partie n’était pas évidente.

————————————-

En fouillant dans mes « archives », j’ai pu trouver un tachy identique sur un autre moteur… un peu par chance car il existe beaucoup de modèle de formats et diamètres (intérieur-extérieur) différents… il a tout de même fallu vérifier sur 13 moteurs pour le trouver (exemples en pièces détachées).

Dans l’exemple, en gros plan sur l’un des modèles, vous distinguerez ces fameuses petites broches qui maintiennent les cosses dans la fiche de connexion!

  • On repose ce nouveau tachy bien plaqué dans son logement.
  • On n’oublie pas le clip métallique pour le maintenir bien place.
  • On prend soin de « retordre » les deux broches des cosses dans le bon sens afin qu’elles clippent bien dans la fiche de connexion.
  • On remet les deux fils jaunes en place dans « un passant » s’il y en avait un pour les tenir fixés sur le corps du moteur.

– Nous voilà OK pour remonter encore une fois le moteur sur la machine, allez ZOU c’est reparti pour un tour au point N° 6 si vous avez un trou de mémoire…

Bon tout est ENFIN remonté, OUF!

Et cette fois-ci C’EST BON.
Nous voici avec une machine qui tourne comme une horloge.

Elle aura donné pas mal de « fil à retordre » mais j’en suis venu à bout… elle rendra encore bien service pendant quelques temps.

En bilan, pour environ 50€ de pièces neuves (charbons-courroie-tachymètre), un dépannage de ce genre reste fort acceptable pour conserver une machine que beaucoup auraient mis au rebus.
Certes, je n’ai pas compté le temps passé mais il ne coûte rien lorsque l’on fait soit même.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Ce sujet vous a apporté une aide et vous souhaitez faire un petit geste: vous pouvez effectuer un don par le biais du bouton PAYPAL ci-dessous ou laisser un petit mot sur le livre d’or.

Si vous êtes à la recherche d’une pièce, vous pouvez me contacter, j’en ai parfois de côté!

Merci de votre visite et à bientôt.




Lave-linge qui ne chauffe plus.

Voici le cas d’un lave-linge qui effectue ses programme mais sans chauffer l’eau.

Un peu gênant car le lavage n’est pas efficace.

La première idée logique est de vérifier le thermoplongeur (résistance de chauffage de l’eau).

Sur ce modèle, un lave-linge frontal, peut-importe la marque car les mêmes châssis correspondent à différentes marques, la résistance est située à l’avant de la machine ( côté droit généralement pour les Top et à l’arrière pour d’autres frontales).

C’est un peu plus compliqué d’accès mais nous allons voir cela.

Bien entendu, le lave-linge est totalement débranché (arrivée d’eau – évacuation et prise électrique).

1. Ôter le plateau supérieur

Fixé généralement par deux ou trois vis derrière. Enlever les vis et faites glisser le plateau vers l’arrière pour le sortir des butées de maintien:

2. Déposer le fronton

– Enlever le bac à lessive:
Appuyer sur la partie bleue et tirer le bac:

Voyez les flèches indiquant les emplacements de la visserie (bleues=clips ou vis dessus, rouges=vis sur face avant):

Tirez la partie supérieure vers vous et sortez la base généralement emboîtée sur le métal (attention = le faisceau électrique raccordé sur la droite est assez court).

Le bandeau est enlevé (notez l’emplacement du vis de fixation de la face avant à ne pas oublier au remontage avec le bandeau)

3. Déposer le manchon de cuve

– Ôter le cercle métal autour du manchon de cuve:

Tirez le cercle vers le ressort en bas:

Enlevez le cercle autour du manchon puis ôtez la lèvre du joint tout le tour:

Rentrez maintenant le manchon à l’intérieur:

4. Ôter la face avant

Les vis de la partie basse sont cachés derrière le bandeau plastique du bas:

Ôtez le bandeau plastique, tenu au-dessus par deux clips en haut (déclippez avec un tournevis plat) et abaissez le bandeau vers vous. il va sortir des encoches à la base (cercles rouges) et vous pourrez l’enlever:

Machine couchée sur l’arrière (plus pratique) vous pouvez maintenant enlever les deux vis:

faire coulisser la face vers le haut afin de la sortir des pignons de maintien latéraux, cela sans tirer vers vous pendant la manœuvre car cela tord le métal et posera des problèmes pour la repose.

ATTENTION: à droite, la connectique de verrouillage du hublot à enlever est assez courte… ne tirez pas trop avant de déconnecter.

Voici le visuel des pignons après dépose:

5. Ôter la résistance

Vous avez maintenant le visuel de l’intérieur de la machine avec la résistance située sur la coque sous le manchon de cuve:

Nous voyons ici que les connexions sont propres et correctement fixées, pas de dégâts électriques (faux contacts).

—————————————

Il est possible de la tester ainsi avec un multimètre mais tout le monde n’a pas cela sous la main et il faudra de toute façon l’enlever pour la changer, donc autant la déposer pour la contrôler.

—————————————

Pour cela, (exemple pris sur une autre machine) dévisser l’écrou central au maximum sans l’enlever puis pousser avec un tournevis la tige filetée vers l’intérieur de la cuve jusqu’à arriver en butée de l’écrou contre le métal:

Ensuite, agir avec précaution car on peut parfois déformer l’entourage et provoquer une fuite après repose:

  • prenez appui avec un tournevis plat assez large.
  • Glissez le plat de votre outil juste sous le métal de la résistance sans chercher à enfoncer celui-ci plus loin et faites un mouvement de levier pour la décoller de la coque.
  • cela en plusieurs points autour du métal afin de libérer au mieux le joint qui peut être « collé » par l’accumulation des produits lessiviels ou du tartre.

Ceci fait, tirer aussi droit que possible, la résistance est souvent centrée dans un guide intérieur que l’on ne voit pas.
Parfois le tartre ou des dépôts agglomérés peuvent gêner l’extraction, il faut insister par des mouvements de va et vient afin de libérer progressivement la résistance qui finira par sortir.
Vous pouvez, une fois décollée de la cuve, utiliser une pince multiprise par exemple pour avoir plus de force mais sans toucher la cuve que vous risquez de détériorer:

6. Contrôler la résistance

 Bien, nous voici avec ce thermoplongeur à contrôler:

Si vous avez un testeur 220-230 volts ou un multimètre, vous pouvez l’utiliser afin de contrôler la continuité.

Sinon, on peut simplement utiliser un cordon électrique avec cosses isolées que l’on connecte sur les fiches de cet élément et l’on branche la fiche dans une prise PAS PLUS DE TROIS SECONDES sinon vous risquez de vous brûler au toucher s’il est fonctionnel… ceci également afin de ne pas le détériorer (s’il est fonctionnel), car il baigne dans l’eau en fonctionnement normal, PAS ICI lors de l’essai.

_____________________________________________

!!!MAIS ATTENTION, C’EST DANGEREUX!!!

Nous sommes sous tension 230 volts en direct!

-Poser le thermoplongeur sur une surface isolante (couvercle de la machine, table ou chaise en bois, enroulez le dans une serviette sèche…) PAS DE SURFACE HUMIDE.

En clair, prenez toutes les mesures nécessaires afin d’éviter tout accident électrique!

_____________________________________________

– Connectez vos cosses aux fiches.
– Posez le thermoplongeur sur une surface non conductrice et NE LE TOUCHEZ PLUS.

Voici un exemple, les deux fiches connectées sur les deux pôles de la résistance (fils marron et bleu) et la fiche centrale sur la cosse d’isolation à la terre (fil vert et jaune).
La sonde thermique (flèche verte) n’est pas concernée.

Branchez sur une prise PAS PLUS DE TROIS SECONDES je le rappelle et débranchez… cela suffit amplement à déterminer si votre thermoplongeur est en état ou HS.

=> Si le thermoplongeur est en état, vous sentirez la chaleur en le touchant rapidement (pour ne pas vous brûler).

=> Si vous avez un doute, recommencez l’expérience trois secondes supplémentaires de la même manière.

——————————————-

Dans notre cas, il est HS, il faut donc le changer!

Nous regardons donc sur la face métal entre les fiches de connexion, les indications nécessaires sont inscrites:

– Le voltage (230 volt)
– La puissance en WATTS (ex: 1850W).

– Prendre en compte la présence de la sonde thermique intégrée.

– La forme et longueur de ce thermoplongeur est également utile en modèle car il va souvent se loger dans un support qui le maintien en place lors du lavage et de l’essorage à l’intérieur de la cuve, cela a donc de l’importance.

N’hésitez pas a prendre une photo pour commander cet élément.

——————————————-

7. Remontage

Il faut maintenant remonter.
Je ne vais pas tout détailler de nouveau, nous allons juste voir l’ordre point après point .

– Nous reposons le thermoplongeur (vis desserré à l’identique) sur la coque.
– S’assurer que la platine métal plaque bien sur la coque.
– Viser l’écrou jusqu’à une certaine résistance indiquant la compression de l’élément caoutchouc rendant la fixation étanche.
– Raccorder les deux fiches et la sonde.
– Raccorder le faisceau électrique sur le contacteur du hublot.
– Positionner la face avant à plat au-dessus des points de fixation et la faire coulisser vers le bas en vérifiant que les quatre points sont bien emboîtés.
– Reposer les deux vis en partie basse.
– Reposer le cache plastique en l’emboîtant par le bas et clipper le haut.
– Redresser la machine et repositionner le bandeau des programmes.
– Refixer les deux vis en haut de chaque côté et ceux vers le bac à lessive (3 vis) et ne pas oublier celui qui maintien la partie haute de la face avant.
– Replacer le bac à lessive.
– Remettre en place le joint de hublot (manchon de cuve).
– Remettre le cercle métal assurant le maintien…

8. Aide pour le manchon

Ici je rentre plus en détail car c’est parfois délicat:

Remettre en place le joint lèvre autour de l’ouverture. Vous pouvez vous aider d’une pince plate pour tirer doucement et clipper le joint sur le métal. il doit plaquer parfaitement.

Maintenant replacer le cercle métal… le mettre en place côté charnière du hublot avec le ressort en partie basse du manchon (flèche verte) et insérer le cercle petit à petit de haut en bas.

Il faut parfois maintenir le ressort en place afin qu’il ne sorte pas de son emplacement.

On voit bien ici que la lèvre est sortie de son emplacement et ne plaque plus. Le cercle l’a tiré à l’extérieur lors de la tension pour le mettre en place. Il faut donc recommencer!

Le voici correctement monté:

Voilà,toute la face avant étant en place, il reste à remettre le plateau supérieur en le faisant coulisser de l’arrière vers l’avant afin qu’il se bloque dans les butées de maintien… et reposer les vis à l’arrière.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Votre lave-linge est de nouveau fonctionnel!

Il ne vous reste plus qu’à rebrancher votre machine et faire l’essai.

Ce sujet vous a apporté une aide et vous souhaitez faire un petit geste: vous pouvez effectuer un don par le biais du bouton PAYPAL ci-dessous ou laisser un petit mot sur le livre d’or.

Si vous cherchez une pièce, n’hésitez pas à me contacter, j’en ai parfois de côté!

Merci de votre visite et à bientôt.